Istanbul

Blog, Fictions

Des défilés à la littérature

Ahmet Hamdi Tanpınar (1901-1962) est l'un des auteurs les plus important de la littérature moderne turque, connu pour son roman, aujourd’hui un classique, L’institut de remise à l’heure des montres et pendules (1962, Actes Sud, 2007), oeuvre dans laquelle il est question de la modernisation et de ses conséquences sur l’individu.

Alay Köşkü (c) Erinç Salor

C’est un immense plaisir de retrouver dans le coeur historique d’Istanbul, une bibliothèque/musée entièrement consacrée a ce grand maître la littérature turque. Installée dans le pavillon des Défilés | Alay Köşkü, la bibliothèque est un véritable havre de paix derrière le rythme effréné de l’immense métropole.

L'entrée, vue sur le parc Gülhane (c) Erinç Salor

Situé dans le magnifique parc Gülhane, le Alay Köşkü tel que nous le connaissons aujourd’hui fut construit par le sultan Mahmut II en 1819. Auparavant, il n’y avait qu’un pavillon en bois qui servait également de lieu pour le sultan pour y voir les différents défilés, sans être vu. Ce pavillon des défilés fait partie des jardins du palais de Topkapı.

La bibliothèque (c) Erinç Salor

La bibliothèque/musée a ouvert ses portes au public en novembre 2011. Il y a de nombreux espaces de lecture dans le superbe bâtiment ainsi que des ouvrages en accès libres incluant des romans en turc, des livres d’histoire ainsi que de nombreux livres de références en plusieurs langues sur la Turquie et sur Istanbul. À travers le pavillon sont exposés de nombreux ouvrages rares, des manuscrits originaux, des lettres ainsi que des objets ayant appartenus à Ahmet Hamdi Tanpınar mais aussi à d’autres auteurs comme Orhan Pamuk, Yahya Kemal, Necip Fazıl Kısakürek, Nedim ou encore Nazım Hikmet. Une très belle collection de magazines culturels et littéraires datant de l’époque ottomane jusqu’à nos jours y est également présentée. 

La bibliothéque (c) Erinç Salor

Bien plus qu'un lieu de passage entre deux visites touristique, cette bibliothèque/musée est un lieu où il vaut la peine de s'attarder, de s’asseoir, de lire, de penser, de rêvasser, d'écrire...

Salon de lecture (c) Erinç Salor

Cafétaria (c) Erinç Salor

INFO
İstanbul Ahmet Hamdi Tanpınar Edebiyat Müze Kütüphanesi
Alemdar Mah. Gülhane Parkı içi, Alay Köşkü, 34112 Fatih - İstanbul

Blog

Radio : Constantinople, portrait d'une ville

L'historien Gilbert Dagron, spécialiste de l'histoire byzantine, était l'invité de l'émission "Foi et tradition" sur France Culture pour parler de Constantinople, aujourd'hui Istanbul.

Il y explique notamment que la ville de Constantin a été fondée sur plusieurs années entre 325 et 330, et qu'à l'époque c'était une ville peu peuplée qui comptait 30.000 habitants au maximum. 

D'autres informations intéressantes que partage Dargon concernent notamment les mots, comme "Byzance" qui est le nom de la ville qui précède Constantinople, ainsi que le mot "rum" (prononcez roum) qui vient de "romain". Aujourd'hui encore, les grecs de Turquie sont appelés les "rum" | rumlar.

Un des bâtiments les plus importants de l'époque byzantine à Istanbul est bien entendu Sainte-Sophie | Ayasofya. Un lieu très touristique, certes, mais incontournable (je n'imaginerai pas aller à Cordoue et ne pas visiter la Mezquita) et surtout magnifique (il a été récemment rénové). Je profite donc de ce podcast pour partager quelques images prises en novembre 2011 par Erinç Salor.

Ayasofya, Istanbul. Photo: Erinç Salor

Ayasofya, Istanbul. Photo: Erinç Salor

Ayasofya, Istanbul. Photo: Erinç Salor

Ayasofya, Istanbul. Photo: Erinç Salor

Ayasofya, Istanbul. Photo: Erinç Salor

Ayasofya, Istanbul. Photo: Erinç Salor

Blog

Tamer Köşeli redessine Istanbul

C'est en lisant le magazine anglais Monocle que je suis tombée sur le travail du jeune graphiste Tamer Köşeli, dont voici une très belle illustration d'Istanbul.

Istanbul. Design (c) Tamer Köşeli

Tamer Köşeli (1985) est né en Suisse et a étudié le design à l'université Anadolu à Eskişehir en Turquie. Il a travaillé avec de nombreux magazines et sites web ainsi que de clients internationaux. Et bonne nouvelle, si vous aimez les gadgets et ce design en particulier, vous pouvez vous procurer des affiches, cartes, T-Shirts ou encore des protections pour votre iPhone sur la page de Köşeli dans la boutique Society6 .

Taksim-Tünel Tram, Istanbul. Design (c) Tamer Köşeli

Blog

SALT : une banque reconvertie en lieu culturel

SALT Galata est un lieu culturel à présent incontournable d'Istanbul logé dans l’ancien siège de la Banque impériale ottomane. La reconversion de a été réalisée par l’architecte Han Tümertekin. Le centre a été inauguré le 22 novembre 2011. Ce magnifique lieu contient une bibliothèque publique spécialisée et d’archivage, des salles d’expositions, de conférence, une librairie, un café-restaurant, un espace de recherche ainsi qu’un très beau musée avec une exposition permanente narrant l’histoire du lieu et de la Banque Ottomane.

La bibliothèque, SALT Galata. Photo: Erinç Salor

Istanbul compte de nombreux lieux culturels, et les touristes se ruent souvent vers les grands classiques, comme la Mosquée Bleue, Topkapı, Sainte Sophie, lieux très importants certes et à visiter absolument. Mais avec des lieux comme SALT, la grande métropole prouve qu'elle a encore beaucoup à offrir.

SALT Galata. Photo: Erinç Salor

SALT a commencé comme un organisme sans but lucratif fondé par Garanti Bank. Depuis le début de ses activités, SALT vise à explorer les problèmes critiques contemporains dans la culture visuelle et matérielle, et cultive des programmes novateurs pour la recherche et la pensée expérimentale, cherchant à s’imposer comme un lieu d’apprentissage et de débat. À travers l’art, l’architecture, l’urbanisme, le design et l’histoire économique et sociale, SALT rassemble une variété d’archives pour la recherche et l’usage public.

SALT Galata. Photo: Erinç Salor

Le lieu ouvert gratuitement au public compte également une seconde filiale, SALT Beyoğlu, qui se situe sur l'avenue Istiklal. 

Bibliothèque, SALT Galata. Photo: Erinç Salor

SALT Galata. Photo: Erinç Salor.

SALT Galata. Photo: Erinç Salor.