Blog

Parler de Turquie et de littérature

Dans ma bibliothèque, Necmiye Alpay, toujours emprisonnée... 

Dans ma bibliothèque, Necmiye Alpay, toujours emprisonnée... 

Je m'envole de nouveau pour Londres pour rejoindre les écrivains Ece Temelkuran et Burhan Sönmez le 19 septembre 2016 au Free Word Centre, sur une invitation de English PEN.

Nous allons parler de la Turquie post 15 juillet. Si vous êtes à Londres, passez nous voir et discutons ensemble.

En ce qui me concerne, je vais parler de la nécessité de garder un espace pour l'imagination et l'innovation littéraire. Et en tant que traductrice littéraire, c'est de cela que je peux et je veux parler. Je ne peux pas parler politique, économie ou sociologie, je peux essayer de comprendre et porter un regard sur ce qu'il se passe en Turquie, mais je ne peux pas commenter ce que je ne maîtrise pas.

Je peux, en revanche partager la littérature, les arts, la musique... je peux créer un espace de créativité pour les écrivains turcs et les lectrices et lecteurs en d'autres langues, à travers la traduction. Ça, je sais le faire et je continuerai à le faire autant que je peux.

Avec une pensée forte pour les écrivains, les artistes, les journalistes et les citoyens ordinaires qui sont en ce moment en prison en Turquie, uniquement parce qu'ils et elles demandent la paix et la liberté pour tous et toutes. Pour elles, pour eux, je continue à traduire, à écrire, à réfléchir, et je vous remercie de me suivre ici.

Sevgiyle, dostlukla...