Poésie, Fictions

Histoire-Géographie de Karin Karakaşlı

Je vous présentais déjà dans le premier volume de Meydan | La Place, deux nouvelles de Karin Karakaşlı extraites de son recueil Morceaux de vie, qui nous racontaient le terrible tremblement de terre qui avait eu lieu dans la région de Marmara en 1999. Ici, c’est avec sa poésie que je souhaite vous faire entendre la voix de Karin Karakaşlı. Une voix plus qu’importante, une voix indispensable. Karakaşlı écrit des nouvelles, des livres pour enfant, de la poésie mais aussi des essais et des chroniques, notamment pour l’hebdomadaire arménien AGOS, dont Hrant Dink était le rédacteur en chef et fut assassiné de sang froid en 2007. Cette blessure est la blessure de tous les citoyens de Turquie, Arméniens, Turcs, Kurdes… et aujourd'hui plus que jamais en cette journée de commémoration du génocide arménien, nous avons tous besoin d’une voix comme celle de Karin. En voici donc un morceau, un morceau de vie de la Turquie contemporaine.

Tarih-Coğrafya
Histoire-géographie

Personne ne pose en premier le pas sur une terre
Tu portes toujours sur ton dos les âmes passées
Dieux et Déesses aussi
étaient comme toi en vie
Leurs forces, leurs faiblesses te traversent
Ici bas, sur la terre
multipliés en processions
les mortels morts
Ils n’ont pas dit un mot
Les oubliés de Dieu, nul ne s’en est souvenu
 
Tu es partiellement mon histoire, d’accord
mais tu n’es pas ma géographie
La géographie est le nom de ceux qui couvrent le sol
et rester demande du courage

“Avec mes morts je suis restée dans ma géographie
Toi tu t’es renié
tu es devenu officiel, tout en te vidant de ta réalité
 
Avec ma vie je suis restée dans ma géographie
afin d’écrire ma propre histoire

Traduction de Canan Marasligil.
Poème publié pour la première fois en français dans le second volume de Meydan | La Place.