Blog, Fictions

Extrait : Ali et Ramazan - une histoire d'amour avant tout

Photo de Annakarin Quinto

Photo de Annakarin Quinto

Le roman de Perihan Mağden, Ali et Ramazan, basé sur un triste fait divers du début des années 90 à Istanbul, est avant tout une histoire d'amour. Entre deux jeunes orphelins : Ali et Ramazan. Voici un extrait du livre, lorsque Ali rentre du service militaire et retrouve Ramazan :

Ali lui manque tellement qu’à quelque temps de son retour, pendant trois semaines, il ne baise avec personne. Il n’y arrive pas ; il ne peut pas. 
Il complète les quelques nécessités de base de la maison. Il achète un petit réfrigérateur. Une table pliante, deux chaises. Un coussin pour Ali. Une couverture pour eux deux. Ensuite, il attend Ali, les yeux rivés sur les murs vides.
Ramazan comprend pendant ces jours d’attente ce qu’Ali sait depuis le début, depuis les premiers jours ; que sans lui il n’est rien, qu’ils sont complets, qu’ils ne prennent de sens qu’en étant Ali et Ramazan. Il l’accepte.
Au fur et à mesure qu’il attend Ali en regardant les murs vides ; Ali grandit en lui, grandit. Ramazan se retrouve inondé d’Ali.
Peu avant l’arrivée d’Ali, Ramazan pleure tellement, comme un loup il pleure sur son lit à même le sol, il sent qu’il est lavé de l’intérieur, de la tête aux pieds.
« Putain Ali, avant même que tu rentres je me suis lavé à force de chialer. Je suis comme un nouveau-né, Gamin des cavernes. T’as vu comme je t’aime hein ! » C’est ce qu’il dit à Ali en allant le chercher à la gare en l’embrassant sur le cou.
Ali est rouge de honte. Ils vont être mal compris. Ils sont pas pédés eux. Ils sont hyper amoureux.
Ils sont tous les deux des hommes ; d’accord. Mais qu’est-ce que ça peut faire quand t’es amoureux ?
Ça peut faire quoi à qui ?

Extrait de Ali et Ramazan Perihan Mağden, traduit du turc par Canan Marasligil 

Ali et Ramazan est disponible en version numérique et en version papier. La version numérique est en vente dans toutes les librairies numériques, sur le site de Publie.Net ainsi que dans les librairies partenaires. La version papier peut être commandée directement sur Place des librairesAmazon ou chez votre libraire habituel.

    Meydan | La Place Vol.1, Fictions, Lecture

    Ali et Ramazan : extrait

    Les romans de Perihan Mağden et les différentes couvertures de Ali et Ramazan (version française, photo de Annakarin Quinto, paru chez Publie.Net)

    Voici un extrait du roman Ali et Ramazan de Perihan Mağden, traduit par Canan Marasligil et paru chez Publie Net. Ce sont les deux premiers chapitres qui introduisent les deux personnages principaux du livre : Ali et Ramazan. 

    Vous pouvez acheter le livre sur Amazon et chez votre libraire habituel.

    Musique, Sons

    Portrait musical : Ilhan Ersahin

    Ilhan Ersahin est un saxophoniste, compositeur, producteur, propriétaire d'un club de jazz, commissaire de festival de jazz, et il a fondé son propre label musical. Ersahin a grandi à Stockholm avec une mère suédoise et un père turc. Après un passage bref au Berklee College of Music, il s'installe dans le East Village à New York au début des années 90'.

    Ersahin travaille avec un bon nombre d'artistes sur différents projets, et a une discographie très riche. Un de ses nombreux projet est le Istanbul Sessions, que Ersahin commence en 2008. Il a été proche de la scène musicale d'Istanbul dès son premier concert lors du festival de jazz AKbank en 1994. Deux albums de Istanbul Sessions sont disponibles, dont le premier avec le trompettiste français Erik Truffaz. 

    Voici une superbe vidéo du morceau FREEDOM avec Istanbul Sessions :  

    Découvrez la musique de Ilhan Ersahin à travers des extraits et de nombreuses vidéos disponibles sur son site :

    Photos and video via ilhanersahin.net. All rights reserved.  

    Blog, Musique, Sons

    Les abricots sauvages

    Il y a des moments où je doute. Pourquoi tous ces efforts pour passer d'une langue à l'autre ?

    Il y a des moments où j'ai peur. Et si personne n'en voulait ?

    Il y a des moments où je suis incertaine. Y'a-t-il quelqu'un qui lit ?

    Il y a des moments comme ce soir, les questions pleuvent. Et puis, j'écoute une chanson qui me renvoie à un texte, à une langue, à un monde. Qui me rappelle pourquoi je fais tout cela. 

    J'ai lu tantôt sur Twitter quelqu'un citer Adorno :

    "Writing is a place to live" 

    La traduction aussi.

     

    Je partage ici une belle chanson de Ezginin Günlügü "Zerdaliler". Zerdali vient du perse zardâlu et signifie abricot sauvage. Je trouve que c'est un mot magnifique. La chanson aussi est très belle. La voici avec une traduction un peu littérale pour que vous puissiez mieux en profiter... 

    Paroles et musique : Hüsnü Arkan 

    Zerdaliler

    Ay nerde doğsa oradaydık 
    Dallarda zerdali çiçekleri 
    Savrulur gider rüzgâr esince 
    Bütün bir bahar böyle geçti 

    Anlardım aklından geçenleri 
    Sustukça konuştuk sanki 
    Sevdaymış meğer bu içimizde 
    Yıllardır uyuyan deli 
    Sessizlik sensin geceleri 

    Fincana kahve koydum gel, ah 
    Bugün şeytana uydum gel 
    Ay doğdu dağın üstünden, aman aman 
    Dallarda beyaz çiçekler 

    Dayandım gecenin karasına 
    Artık kimse kıramaz beni 
    O kül gibi deniz o sessiz kız 
    Kayıp bir sandala binip gitti 

    Ne sen söyledin derdini 
    Ne ben sevdiğime inandım 
    Unut geçen eski günleri 
    Bunca yıl sonra nasılsın? 

    Les abricots sauvages

    Nous étions là où naissait la lune
    Sur les branches les fleurs d'abricots sauvages
    S'envolent quand le vent souffle
    Tout un printemps passa ainsi

    Je savais ce qui te passait par l'esprit
    Comme si nous avions parlé en nous taisant
    C'était donc l'amour 
    Ce fou qui dormait depuis des années en nous 
    Tu es le silence pendant les nuits

    J'ai versé du café, allez viens
    Aujourd'hui je me suis laissé tenté par le diable, viens
    La lune s'est levée par-dessus la montagne, oh 
    Sur les branches des fleurs blanches 

    Je me suis appuyé sur l'obscurité de la nuit
    Plus personne ne peut me briser à présent
    Cette mer cendrée cette fille silencieuse
    Elle glissa dans une barque et partit

    Ni toi tu as dit ton désarroi
    Ni moi je n'ai cru que j'aimais
    Oublie ces vieux jours passés
    Comment vas-tu après tant d'années ?

     

    Blog

    Cinéma : Motör | Remake Remix Rip-off de Cem Kaya

    Vous vous êtes déjà demandé pourquoi dans le film "Dünyayı Kurtaran Adam "(L'homme qui sauve le monde) avec Cüneyt Arkın, on entend la musique d'Indiana Jones et on voit des scènes de Star Wars ? Ce documentaire vous explique pourquoi. 

    Motör |  Remake Remix Rip-off est un documentaire qui illustre les origines de la culture de "copier" dans le cinéma turc, surtout dans les années 60-70 (pas encore illégal en Turquie à l'époque), à commencer par les films des fameux studios Yeşilçam (Le Pin Vert) jusqu'aux séries télévisées d'aujourd'hui.

    Le réalisateur Cem Kaya a grandi avec les films Yeşilçam qu'il louait dans les videothèques turques en Allemagne. Pour Motör |  Remake Remix Rip-off, il travaille pendant sept ans sur ce documentaire pour lequel il a regardé des milliers de films et a mené une centaine d'interviews avec des légendes du cinéma turc : réalisateurs, producteurs, acteurs... Il y capture cette histoire importante et fascinante du cinéma et de la télévision en Turquie. En voici un aperçu :