Musique

Musique, Sons

Portrait musical : Ilhan Ersahin

Ilhan Ersahin est un saxophoniste, compositeur, producteur, propriétaire d'un club de jazz, commissaire de festival de jazz, et il a fondé son propre label musical. Ersahin a grandi à Stockholm avec une mère suédoise et un père turc. Après un passage bref au Berklee College of Music, il s'installe dans le East Village à New York au début des années 90'.

Ersahin travaille avec un bon nombre d'artistes sur différents projets, et a une discographie très riche. Un de ses nombreux projet est le Istanbul Sessions, que Ersahin commence en 2008. Il a été proche de la scène musicale d'Istanbul dès son premier concert lors du festival de jazz AKbank en 1994. Deux albums de Istanbul Sessions sont disponibles, dont le premier avec le trompettiste français Erik Truffaz. 

Voici une superbe vidéo du morceau FREEDOM avec Istanbul Sessions :  

Découvrez la musique de Ilhan Ersahin à travers des extraits et de nombreuses vidéos disponibles sur son site :

Photos and video via ilhanersahin.net. All rights reserved.  

Blog, Musique, Sons

Les abricots sauvages

Il y a des moments où je doute. Pourquoi tous ces efforts pour passer d'une langue à l'autre ?

Il y a des moments où j'ai peur. Et si personne n'en voulait ?

Il y a des moments où je suis incertaine. Y'a-t-il quelqu'un qui lit ?

Il y a des moments comme ce soir, les questions pleuvent. Et puis, j'écoute une chanson qui me renvoie à un texte, à une langue, à un monde. Qui me rappelle pourquoi je fais tout cela. 

J'ai lu tantôt sur Twitter quelqu'un citer Adorno :

"Writing is a place to live" 

La traduction aussi.

 

Je partage ici une belle chanson de Ezginin Günlügü "Zerdaliler". Zerdali vient du perse zardâlu et signifie abricot sauvage. Je trouve que c'est un mot magnifique. La chanson aussi est très belle. La voici avec une traduction un peu littérale pour que vous puissiez mieux en profiter... 

Paroles et musique : Hüsnü Arkan 

Zerdaliler

Ay nerde doğsa oradaydık 
Dallarda zerdali çiçekleri 
Savrulur gider rüzgâr esince 
Bütün bir bahar böyle geçti 

Anlardım aklından geçenleri 
Sustukça konuştuk sanki 
Sevdaymış meğer bu içimizde 
Yıllardır uyuyan deli 
Sessizlik sensin geceleri 

Fincana kahve koydum gel, ah 
Bugün şeytana uydum gel 
Ay doğdu dağın üstünden, aman aman 
Dallarda beyaz çiçekler 

Dayandım gecenin karasına 
Artık kimse kıramaz beni 
O kül gibi deniz o sessiz kız 
Kayıp bir sandala binip gitti 

Ne sen söyledin derdini 
Ne ben sevdiğime inandım 
Unut geçen eski günleri 
Bunca yıl sonra nasılsın? 

Les abricots sauvages

Nous étions là où naissait la lune
Sur les branches les fleurs d'abricots sauvages
S'envolent quand le vent souffle
Tout un printemps passa ainsi

Je savais ce qui te passait par l'esprit
Comme si nous avions parlé en nous taisant
C'était donc l'amour 
Ce fou qui dormait depuis des années en nous 
Tu es le silence pendant les nuits

J'ai versé du café, allez viens
Aujourd'hui je me suis laissé tenté par le diable, viens
La lune s'est levée par-dessus la montagne, oh 
Sur les branches des fleurs blanches 

Je me suis appuyé sur l'obscurité de la nuit
Plus personne ne peut me briser à présent
Cette mer cendrée cette fille silencieuse
Elle glissa dans une barque et partit

Ni toi tu as dit ton désarroi
Ni moi je n'ai cru que j'aimais
Oublie ces vieux jours passés
Comment vas-tu après tant d'années ?

 

Sons, Meydan | La Place Vol.2, Musique

Nazim Hikmet : poésie et musique

 Exposition Nazim Hikmet à la galerie Yapi Kredi à Istanbul, 2012. Photo: Canan Marasligil

Exposition Nazim Hikmet à la galerie Yapi Kredi à Istanbul, 2012. Photo: Canan Marasligil

La musique s'invite dans le second volume de l'anthologie d'auteurs contemporains turcs Meydan | La Place, et dans mon introduction je parle notamment des poèmes de Nazim Hikmet, le plus grand poète de la Turquie moderne, souvent adaptés en musique en Turquie mais aussi à l'étranger.

En 1956 Hikmet écrit un poème qui touchera bien au-delà des cœurs et des esprits des seuls Turcs. Dans ce poème intitulé « Kız çocuğu » | « La petite fille » qui traversera les langues et les genres, traduit, adapté et mis en musique, Nazim Hikmet donne sa voix à une fillette de sept ans, tuée à Hiroshima. En 1962, « I Come and Stand at Every Door (Girl of Hiroshima) » prend vie par la voix du chanteur et compositeur Pete Seeger qui adapte le poème, traduit par Jeanette Turner, avec James Waters sur une musique folklorique des îles Orkney « The Great Silkie » (ci-dessous interprétée par le groupe américain The Byrds).  Des années plus tard, c’est au tour de Joan Baez de chanter ce poème, en turc, sur une musique de Zülfü Livaneli (écoutez ci-dessous).

Pour des raisons de respect des droits d'auteur, je ne peux que partager cet extrait via iTunes :

De nombreuses traductions en français du poème sont disponibles sur le Web (il suffit de faire une recherche Google "Nazim Hikmet La petite fille" pour les trouver) mais comme aucune ne mentionne le nom du traducteur ou de la traductrice, je ne l'ai pas reproduit ici. Et je n'ai certainement pas l'audace de traduire Nazim Hikmet. Pas ce poème-ci, pas maintenant... Mais le voici en turc. 

Kapıları çalan benim
kapıları birer birer.
Gözünüze görünemem
göze görünmez ölüler.

Hiroşima’da öleli
oluyor bir on yıl kadar.
Yedi yaşında bir kızım,
büyümez ölü çocuklar.

Saçlarım tutuştu önce,
gözlerim yandı kavruldu.
Bir avuç kül oluverdim,
külüm havaya savruldu.

Benim sizden kendim için
hiçbir şey istediğim yok.
Şeker bile yiyemez ki
kâat gibi yanan çocuk.

Çalıyorum kapınızı,
teyze, amca, bir imza ver.
Çocuklar öldürülmesin
şeker de yiyebilsinler.
— KIZ ÇOCUĞU, Nazim Hikmet, 1956

Sons, Musique

Portrait musical : Şirin Soysal

Şirin Soysal (c) d.r.

Fille de parents diplomates, Şirin Soysal est née à Vienne. Elle se décrit ainsi sur son site : 

À deux ans, j’avais les jambes légèrement tordues, la tête trop grande. Lorsque je courais, le poids de ma tête m’emportait vers l’avant, mon corps suivait derrière. Le médecin autrichien a dit que mes jambes iraient mieux sous le soleil. Lors de mes premières vacances d’été en Turquie, mes jambes allaient déjà mieux. Quant à ma tête, elle a attendu que mon corps grandisse, elle trouva l’équilibre avec le temps.

 

La carrière de ses parents oblige la jeune Şirin à bouger de pays en pays, de culture en culture, de langue en langue et d’amitié en amitié. Être turque fait qu’elle s’est toujours sentie étrangère, et la chanson proposée ici, « Yabancıyım » | « Je suis étrangère », tirée de son album Bir Şeyler Var | Il se passe des choses, raconte avec beaucoup de sincérité et de poésie ce sentiment d’étrangeté et d’être « l’autre ».  

Şirin Soysal cherche depuis toute petite différents moyens de s’exprimer, alors elle écrit et elle raconte. Sa formation théâtrale à Dublin l’aide à atteindre son objectif d’être sur « scène », c’est-à-dire « ailleurs ». Ce n’est que vers 2010 qu’elle écrit ses premières chansons. Elle a trouvé une voix qui lui convient, j'espère qu'elle vous donnera envie d'écouter le reste de ses œuvres.

La chanson présentée ici fait partie du second volume de l'anthologie d'auteurs contemporains turcs Meydan La Place, où vous pouvez aussi lire la traduction des paroles en français.

Sons, Musique

Portrait musical : Mira

Mira (c) d.r.

« Mira » est une étoile en train de mourir. C’est le nom qu’ont choisi Miray Kurtuluş et Tan Tunçağ en fondant Mira. Tous deux ont déjà partagé leurs talents musicaux à travers leurs autres groupes respectifs : Nada et Portecho. Mira sort son premier album Eve Dönmeliyim | Je devrais rentrer chez moi en 2008, et le second Ayda Kahvaltı | Petit-déjeuner sur la lune en 2012, dont fait partie la chanson « Sular Yükseliyor | Les eaux s’élèvent », présentée dans le second volume de Meydan La Place.

Miray Kurtuluş commence à faire de la musique tandis qu’elle étudie le cinéma à l’université francophone de Galatasaray à Istanbul. Elle compose notamment la musique de ses propres courts-métrage ainsi que d’autres projets. Elle étudie aussi les arts graphiques en France et à son retour en Turquie, elle chante dans un groupe R&B appelé Bitter. Elle commence à écrire ses chansons pour le groupe Nada qu’elle a créé avec Selen Hünerli et lance ensuite Mira avec Tan Tunçağ. 

Tunçağ aime mélanger l’électronique et les éléments acoustiques dans sa musique. Il commence à jouer dans différents groupes lorsqu’il vit à Londres. Dès son retour en Turquie, il travaille sur de nombreux projets de composition pour le théâtre, les films, la télévision ainsi que la publicité. En 2005 il forme son groupe d'électro-rock Portecho avec Deniz Cuylan. Tunçağ travaille aujourd’hui avec Portecho et Mira.

La chanson présentée ici fait partie du second volume de l'anthologie d'auteurs contemporains turcs Meydan La Place, où vous pouvez aussi lire la traduction des paroles en français.

Sons, Musique

Portrait musical : Yasemin Mori

Sa grand-mère l'appelait "mori" (qui signifie "fille" dans certains dialectes des Balkans), à l'école elle aimait Jim Morrison... c'est tout naturelement que la jeune artiste musicienne a adopté "Mori" comme nom de scène. Yasemin Mori (1982) écrit ses premières chansons alors qu'elle est encore à l'école secondaire. Son premier album Hayvanlar Les animaux sur lequel elle travaille à partir de 2005 et dont elle compose toutes les chansons et écrit les paroles, sort en 2008. Yasemin Mori fait très vite partie des artistes fort appréciés de la scène rock alternative en Turquie. C'est d'ailleurs avec impatience que le public attendait son second album, sorti quatre ans après le premier : Deli Bando Folle Fanfare est très bien accueilli par la critique et le public. Yasemin Mori explique dans ses entretiens avec la presse qu'elle aime prendre son temps et qu'elle ne court pas après les "hits". Et heureusement qu'elle garde cette sincérité car cela se ressent dans sa musique.  

Ci-dessous son tout premier clip vidéo, Aslında bir konu var que l'on pourrait traduire littéralement ainsi : Il y a en fait un sujet (paroles : Yasemin Mori, musique : Yasemin Mori et Emre Irmak). Ce clip a fait énormément parler de lui lors de sa sortie. C'est aussi avec cette chanson que Yasemin Mori rencontrera le succès, notamment en publiant la chanson sur Myspace avant même la sortie de l'album.