Meydan | La Place Vol. 1, Fictions

EXTRAIT : HAKAN BIÇAKCI "LA CHAMBRE OBSCURE"

"Ne vous placez pas sous les objets lourds", Construction de la ligne de métro Marmaray. Photo : Erinç Salor 

Hakan Bıçakcı (1978) est un jeune auteur de romans et de nouvelles. Son premier roman Romantik Korku (Peur romantique) est paru en 2002, suivi de Rüya Günlüğü (Journal d’un rêve) en 2003, Boş Zaman (Temps libre) en 2004 et Apartman Boşluğu (L’allée) en 2008. Son premier recueil de nouvelles Bir Yaz Gecesi Kâbusu (Cauchemar d’une nuit d’été) est publié en 2005. Bıçakcı écrit dans de nombreux magazines et journaux sur la littérature, le cinéma et la culture populaire. Karanlık oda | La chambre obscure est son roman le plus récent (2010).

Vous pouvez lire deux extraits de La chambre obscure dans le premier volume de Meydan | La Place. L'auteur lit ici un extrait du début du roman, dont vous pouvez aussi lire la traduction ci-dessous. La scène se déroule dans un quartier loin en dehors du centre-ville d’Istanbul. Le lieu est mystérieux et presque irréel. Le personnage raconte une obscurité où réel et imaginaire se mêlent, où l’existence d’univers parallèles est concevable. Le tout sous une perspective photographique. 

Mes baskets avançaient sans faire un bruit. « On dirait que je ne suis pas ici pour l’instant » pensai-je. « Quelqu’un s’imagine que je suis ici, c’est tout. Quelqu’un dont je ne peux pas voir le visage… » J’avais l’impression de me voir de dos, avec ses yeux. Un dos qui s’éloignait à force d’avancer, diminuait à force de s’éloigner, se dissolvait à force de diminuer… Vers le mur tissé de lettres… J’ai voulu me retourner pour regarder très vite derrière moi. Je n’en ai pas eu le courage. Je continuai de marcher. Je m’enterrai au fond des lettres mêlées à l’obscurité, tout doucement à perte de vue.
— Hakan Bıçakcı, La chambre obscure. Traduction : Canan Marasligil